De Wikirouge
Aller à : navigation, rechercher

Henri Wallon (15 juin 1879 - 1er Décembre 1962) est le plus grand psychologue français. Il est avec Arnold Gesell et Jean Piaget une des grandes références de la psychologie complexe de l'enfance auxquelles il faut ajouter aujourd'hui Lev Vygotski.

Biographie

Engagement politique

En 1931, il adhère à la SFIO.

Il devient membre du PCF en 1942 suite à l'exécution de Georges Politzer et Jacques Solomon : « Deux jeunes ont été assassinés. Il faut combler les vides ... »[1].

Bien qu'il se sentait au service des enfants, il a été obligé de quitter son laboratoire à contre cœur sur l'ordre de la Résistance afin qu'il ne soit arrêté et incarcéré comme le fut Paul Langevin.

Cependant, après s'être caché anonymement chez une famille pendant quelques jours, il est rentré avec sa femme à son domicile de la rue de la Pompe à Paris, sans réintégrer son laboratoire. Il estimait que ce n'était pas à lui de quitter Paris, mais aux Allemands. Il est rentré dans la Résistance sans la moindre clandestinité. [2].

En 1944, il fait partie jusqu'au 9 septembre 1944 du Gouvernement provisoire de la République française présidé par Charles de Gaulle en tant que secrétaire général de l'Éducation nationale.

En février 1945, il est appelé à siéger à l'Assemblée consultative provisoire en remplacement de Frédéric Joliot-Curie.

Il est ensuite élu député du Parti communiste français (octobre 1945-1946).

A la mort de Paul Langevin le 19 décembre 1946, il lui succède à la présidence de la commission de réforme de l'enseignement dont le rapport de juin 1947 est connu sous le nom de Plan Langevin-Wallon.

La dialectique mise en œuvre en psychologie

Extrait de Wallon, H., préface d'Emile Jalley (2012). L'évolution psychologique de l'enfant (p. 54). Armand Colin. (1éd en 1941) :

1_ Globalité :

« ... observer l'enfant dans son développement, en le prenant pour point de départ, à le suivre au cours de ses âges successifs et à étudier les stades correspondants sans les soumettre à la censure préalable de nos définitions logiques.

Pour qui les envisage chacun dans sa totalité, leur succession apparait comme discontinue; le passage de l'un à l'autre n'est pas qu'une simple amplification, mais un remaniement; des activités prépondérantes dans le premier sont réduites et parfois supprimés en apparence dans le suivant. »

2_ Crise :

« Entre les deux, il semble souvent que s'ouvre une crise dont la conduite de l'enfant peut-être visiblement affectée. Des conflits ponctuent donc la croissance, comme s'il y a avait à choisir entre un ancien et un nouveau type d'activité. Celle des deux qui subit la loi de l'autre doit se transformer, et elle perd dans la suite son pouvoir de régler utilement le comportement du sujet. Mais la manière dont le conflit se résout n'est pas absolue ni nécessairement uniforme chez tous. Et elle marque chacun de son empreinte. »

3_ dissolution spontanée :

« De ces conflits, certains ont été résolus par l'espèce, c'est à dire que le seul fait de sa croissance amène l'individu à les résoudre aussi. ... [cependant] le conflit n'est jamais tout à fait réglé : ainsi entre l'émotion et l'activité intellectuelle, qui répondent manifestement à deux étages distincts des centres nerveux et à deux étapes successives de l'évolution mentale. »

4_ dissolution volitive :

« Pour d'autres conflits, il appartient à l'individu lui-même de les résoudre. Tantôt leur objet est d'importance si fondamentale qu'une seule issue est normale, tantôt au contraire il est plus contingents et la solution plus facultatif.

Les élevant à une sorte de généralité mythique, Freud les ramène essentiellement à un conflit entre l'instinct de l'espèce qui se traduit en chacun par le désir sexuel ou 'libido' et les exigences de la vie en société. Refoulements d'une part, subterfuges de l'autre pour tromper la vigilance de la censure, feront de la vie psychologique un drame continue. Toute l'évolution mentale de l'enfant sera commandée par les fixations successives de la libido sur les objets à sa portée. Elle aura donc à se détacher des premiers rencontrés pour progresser vers d'autre. »

5_ négation de la négation, possibilité/potentialité

« Choix qui ne va pas sans souffrance, sans regret ni sans régression éventuelle. Choix qu'il n'est pas d'ailleurs nécessaire d'imputer à l'instinct sexuel dont il s'observe bien des indices chez l'enfant. En dépit du choix, rien n'est détruit de ce qui est abandonné, rien même n'est sans action de ce qui est dépassé. A chaque étape franchie, l'enfant laisse derrière lui des possibilités qui ne sont pas mortes. »

6_ réalisation et lutte/contraintes

« La réalisation, par l'enfant, de l'adulte qu'il doit devenir ne suit donc pas un tracé sans traverses, bifurcations, ni détours. Les orientations maitresses auxquelles il obéit normalement n'en sont pas moins une occasion fréquente d'incertitudes et d'hésitations.

Mais combien d'autres occasions plus fortuites viennent aussi l'obliger à choisir entre l'effort ou le renoncement ! Elle surgissent du milieu, milieu des personnes et milieu des choses. Sa mère, ses proches, ses rencontres habituelles ou insolites, l'école : autant de contacts, de relation et structures diverses, d'institutions par lesquelles il doit s'émailler, de grè ou de force, dans la société.

Le langage interpose entre lui et ses désirs, entre lui et les gens un obstacle ou un instrument qu'il peut être tenté soit de tourner, soit de maîtriser. Les objets, et d'abord les proches de lui, les objets façonnés, son bol, sa cuiller, son pot, ses vêtement, l'électricité, la radio, les techniques les plus ancestrales comme les lus récentes sont pour lui gêne, problème ou aide, le rebutent ou l'attirent, et façonnent son activité. »

7_ Configuration, interpénétration, écart, interactions

« C'est en définitif le monde des adultes que le milieu lui impose, et il en résulte, à chaque époque, une certaine uniformité de formation mentale. Mais, il ne s'ensuit pas pour l'adulte le droit de ne connaître dans l'enfnt que ce qu'il y met. Et d'abord la manière dont l'enfant se l'assimile peut n'avoir aucune ressemblance avec a manière dont l'adulte lui-même en use.

Si l'adulte dépasse l'enfant, l'enfant à sa manière dépasse l'adulte.

Il a des disponibilités psychiques qu'un autre milieu utiliserait autrement.

Déjà bien des difficultés collectivement surmontées par les groupes sociaux ont permis à beaucoup d'entre elles de se manifester. La civilisation aidant, d'autres élargissements de la raison et de la sensibilité ne sont-ils pas en puissance chez l'enfant ? »

Bibliographie

Œuvres d'Henri Wallon

  • L'Enfant turbulent - thèse de doctorat ès lettres (Alcan, 1925; PUF, 1984)
  • L'évolution psychologique de l'enfant (Armand Colin, 1941, 2012)
  • Les Origines de la pensée chez l'enfant (PUF, 1945, 2015)
  • Les origines du caractères chez l'enfant (PUF, 2015)
  • Le Rapport Langevin-Wallon (Mille et une nuits, 2003 avec préface de Claude Allègre, et postface de Phillipe Mérieux et François Dubet)
  • La vie mentale - Articles de l'Encyclopédie du même nom dirigée dans les années 30 par Henri Wallon. (Éditions Sociales, 1982 avec Préface d'Émile Jalley)
  • Henri Wallon : écrits de 1926 à 1961''- Psychologie et dialectique (Messidore, 1990, Textes recueillis par Émile_Jalley & L. Maury)
  • Œuvres d'Henri Wallon, 6 tomes, L'Harmattan (2015) (Préface d'Émile Jalley)
    • Œuvres 1, délire de persécution, psychologie pathologique
    • Œuvres 2 (1903-1929)
    • Œuvres 3 (1930-1937)
    • Œuvres 4 (1938-1950)
    • Œuvres 5 (1951-1956)
    • Œuvres 6 (1957-1963)


Études sur Henri Wallon (ordre chronologique)

  • Tran-Thong,
    • (1969). La pensée pédagogique d'Henri Wallon. PUF (Bibliothèque scientifique internationale).
    • (1992). Stades et concept de stade développement de l'enfant dans la psychologie contemporaine - Piaget, Wallon, Gesell (11ème éd.). Vrin (1ère éd. 1972). 
  • Zazzo, R. (1975). Psychologie et marxisme - la vie et l’œuvre d’Henri Wallon. Denoël Gonthier. 
  • Jalley, É.
    • (1981). Wallon lecteur de Sigmund Freud et Jean Piaget - trois études suivies des textes de Wallon sur la psychanalyse. La Dispute.
    • (1998). Freud, Wallon, Lacan : l'enfant au miroir. Éditions EPEL.
    • (2006). Wallon et Piaget - Pour une critique de la psychologie contemporaine. L'Harmattan.


Notes de bas de page

  1. Zazzo, R. (1983). Henri Wallon alias Hubert (p.229-231). In Renée Zazzo. Où en est la psychologie de l'enfant?. Mediations.
  2. Zazzo, R. (1983). Henri Wallon alias Hubert (p.229-231). In Renée Zazzo. Où en est la psychologie de l'enfant?. Mediations.